top of page

Et si, en 2023, je prenais soin de mes émotions



J’entends souvent, autour de moi, ce leitmotiv « je devrais mieux maîtriser mes émotions »… comme si nos émotions étaient de petites choses dérangeantes, tournicotant autour de nous, et destinées à être bien vite chassées ou emprisonnées.

Le côté gênant des émotions, c’est précisément qu’elles nous assaillent sans qu’on les ait convoquées. Cette petite baisse de régime sans raison apparente… cette façon de démarrer au quart de tour en présence de certains comportements… cette habitude de reculer systématiquement des prises de décision… cette difficulté à dire les choses…

Nos émotions passent d’ailleurs souvent pour de vraies empêcheuses de tourner en rond. Elles sont ces enquiquineuses, solidement arrimées à côté de notre cerveau gauche - celui de la logique et du cartésianisme - qui l’empêchent de rationaliser tranquillement.

Sauf que si on décidait de leur donner leur juste place, on serait très surpris de leur potentiel. Elles nous démontreraient qu’elles sont de formidables panneaux indicateurs, qui nous disent avec exactitude l’endroit où nous sommes, ce qui fait sens (ou pas…) dans la direction que nous prenons. Elles nous préviendraient des voies sans issue, nous alerteraient sur notre consommation d’énergie intérieure, nous raconteraient notre manière d’accueillir le changement, de gérer notre stress… tout ça à condition d’apprendre à les écouter.

Accueillir, comprendre, décoder, utiliser ses émotions ça s’apprend en effet comme une langue étrangère. Et quand on parle cette langue, on comprend tout de suite mieux ses propres comportements… et, par effet miroir, ceux des autres.

Pour guider cet apprentissage, j’utilise un outil qui est un précieux sésame pour rentrer dans ce monde parfois nébuleux des émotions. Il s’appelle le diagnostic émotionnel EQI et il propose une approche par les « compétences émotionnelles ». Il éclaire chacun de nous sur sa manière de mobiliser son intelligence émotionnelle et donne des pistes de progrès. Car la bonne nouvelle, c’est que contrairement au QI qui est un score statique, notre QE (quotient émotionnel) va évoluer si nous décidons de le développer.

Face à vos enjeux de performance, de mutation de votre business model, de renforcement de la cohésion de vos équipes, de fidélisation de vos talents, la mobilisation des compétences émotionnelles de votre organisation est un levier-clé.

Elle peut se travailler de différents manières, lors d’un séminaire de direction, d’un workshop, ou encore d’un coaching individuel. À vous de décider la meilleure manière de développer l’intelligence émotionnelle au sein de votre organisation.

En cette période de vœux, je vous souhaite de tout cœur, de vivre une année 2023 riche en émotions.


" Ce qu'on cherche, on peut le trouver. Ce qu'on néglige nous échappe."

— Sophocle



Comentarios


bottom of page